Thématique principale
Enfance et éducation
- Publié le 7 mars 2019

Exposition "On écrit sur les murs"

Vignette

30e anniversaire de la Convention Internationale des Droits de l'Enfant (1989-2019)

Contenu

→ ON ECRIT SUR LES MURS
Exposition du 4 au 18 mars 2019 - En Mairie du 2 - Salle des mariages

Le Comité UNICEF saisit l’opportunité du 30e anniversaire de l’adoption de la Convention Internationale des Droits de l'Enfant (CIDE) au cours de l’Assemblée générale de l’ONU le 20 novembre 1989, pour vous présenter cette exposition. Elle s’adresse à tous les publics, adultes et jeunes. Pour que les enfants des écoles primaires puissent en tirer le meilleur profit, un quiz est mis à la disposition des parents et des enseignants. Cette exposition comprend 17 panneaux, cadrés horizontalement, de dimensions 100cm x 70cm. Une version en format A2 (60cm x 42cm) est prévue. Ce 30e anniversaire est celui d’une promesse faite aux enfants par tous les adultes : rendre effectifs leurs droits partout dans le monde. Les Etats se sont engagés à s’imposer à eux-mêmes l’obligation de les respecter. Mais cette promesse n’est que partiellement tenue. Pour nous en souvenir, cette exposition adopte la démarche suivante : dans une première partie (panneaux 4 à 8) montrer que dans notre environnement immédiat, il y a de nombreux messages écrits, dessinés, peints, gravés...qui nous sont adressés puis dans un second temps (panneaux 9 à 16) expliciter les principaux droits des enfants en valorisant tous ces messages.

Sur les murs de toutes nos voies urbaines, des plaques indiquent le nom qui leur a été donné. Beaucoup de ceux-ci évoquent des personnes exemplaires ou des événements marquants, certains glorieux, d'autres douloureux. Ces noms sont donc bien plus que des repères de localisation. Ce sont des messages écrits très courts, des SMS pérennes en quelque sorte. L'adoption de la CIDE a été un événement contemporain majeur. Il est donc légitime que celui-ci soit évoqué sur nos murs. Dans plus de 40 villes françaises, ont déjà été apposées des plaques de rues, de places, de squares, de jardins, ... où figurent les mots « Droits » et « Enfant ». Mais sur les murs de beaucoup de nos rues, dans les cours des écoles ou sur des bâtiments publics se trouvent aussi des « messages » peints. Beaucoup sont des travaux d'enfants réalisés dans un cadre scolaire ou d'activités de loisirs, parfois avec le concours d’artistes.

D’autres sont des oeuvres de professionnels. Dans plus de 30 villes françaises, on peut recenser des fresques parfois spectaculaires : des « arbres des droits », des « plans de ville des droits » identifiant les lieux où les enfants sont protégés-soignés-éduqués, des « bandes dessinées des droits » riches de détails qui font sens. Cette exposition donne des exemples nombreux d’illustrations des droits des enfants (des fresques mais aussi des stèles, une statue, etc.) photographiées en France et notamment dans des localités du Rhône et de la Loire.

A partir du panneau 9, tous ces messages sont repris pour illustrer avec beaucoup d’empathie, souvent avec gravité ou parfois avec humour, les principaux droits des enfants. Comme le dit la chanson qui a donné son titre à cette exposition, il faut que tout ce qu’on écrit sur les murs contribue à ce que « l’amour se lève un beau jour sur un monde endormi ». Puisse cet anniversaire auquel cette exposition est consacrée être à la fois un temps festif pour les enfants et un appel renouvelé à la responsabilité des adultes.

Bloc recherche - Actualités